Le point médian : mode d’emploi et exemples

Le point médian est un « signe typographique ». Il est semblable au point mais, contrairement à ce dernier, il figure au milieu de la ligne d’écriture.

Il est rentré dans les usages de la langue française grâce à son emploi dans le langage inclusif.

Point médian : exemple
Bonjour à tous·tes !

Le point médian a pour symbole : « · ».

Comment faire le point médian ?

Avant même d’aborder son utilisation et d’expliquer en quoi il contribue à une écriture plus inclusive, il est utile de savoir comment on fait un point médian sur un clavier.

Quelle que soit la configuration de votre clavier, il n’existe en effet aucune touche dédiée spécifiquement à ce signe.

Si on veut l’utiliser, on doit donc passer par les raccourcis clavier du point médian.

Comment écrire le point médian au clavier ?

Pour saisir un point médian, les raccourcis clavier sont les suivants :

  • Faire un point médian sur Windows : Alt + 250 ou Alt + 0183.
  • Faire un point médian sur Mac : Option + Maj + F.

Ces raccourcis clavier fonctionnent avec tous les logiciels de traitement de texte, permettant ainsi d’éviter de se demander Comment faire un point médian sur Word ? par exemple.

Le point médian, c’est quoi ?

Le point médian (« · ») est « un signe typographique semblable au point ».

La différence graphique se situe au niveau de son positionnement sur la ligne d’écriture : si le point classique se trouve au bas de la ligne, le point médian se place au milieu de celle-ci, d’où son nom.

Exemple d’utilisation du point médian
Cette nouvelle réforme concerne tous·tes les enseignant·e·s de la maternelle à la terminale.
Bon à savoir
On le rencontre aussi parfois sous le nom de point milieu.

Dans l’Antiquité, le latin et le grec l’utilisaient pour séparer les mots. L’espace, plus adaptée, aura finalement eu raison de son usage en tant que séparateur de mots au sein de la phrase.

Point médian et écriture inclusive

En français, on utilise le point médian dans le cadre de l’écriture inclusive, aussi appelée langage inclusif.

L’écriture inclusive est « un ensemble de règles syntaxiques et graphiques qui permettent de séparer les terminaisons masculines et féminines afin d’assurer une représentation équitable de chacun des deux genres ».

Ce faisant, l’écriture inclusive permet de réduire les inégalités de langage entre les genres masculins et féminins dans une langue qui fait historiquement la part belle au masculin, contrant ainsi le principe selon lequel « le masculin l’emporte sur le féminin ».

À ce titre, elle tient une place prépondérante dans le développement du langage épicène, c’est-à-dire « une approche globale d’écriture qui vise à favoriser une représentation équitable des femmes et des hommes ».

Quelques précisions sur l’usage du point médian

  • Il est important de noter que, s’il est plus médiatisé que ses pairs, le point médian ne représente pas à lui seul l’écriture inclusive. C’est un outil d’inclusivité dans le langage parmi d’autres.
  • Aussi, il n’y a aucune obligation à utiliser le point médian dans la langue française : son usage reste à l’appréciation de son auteur. Les avis quant à son utilité et sa lisibilité divergent, parfois de façon radicale, mais aucune règle écrite ne déclare le point médian ni comme une obligation ni comme une faute. Il revient à chacun de se faire son opinion sur le sujet.
Écriture inclusive et point médian : exemple
  • Les hommes et les femmes sont beaux.
    • Sans écriture inclusive et en présence des deux sexes cités, le masculin l’emporte. Le genre féminin n’est de ce fait pas représenté dans l’accord.
  • Les hommes et les femmes sont belle·aux.
    • Grâce à l’écriture inclusive et à la présence d’un point médian, les deux genres sont représentés à parts égales.
Pourquoi le symbole du point médian et pas un autre ?
D’autres caractères et signes de ponctuation ont été envisagés pour occuper la fonction du point médian, mais tous occupaient déjà un rôle précis dans la langue française. On peut citer le point standard, la barre oblique, la parenthèse ou encore le tiret.

Choisir un signe auquel une fonction bien délimitée était déjà attribuée n’aurait fait qu’entretenir une certaine confusion.

Or, mis à part en mathématiques, le point médian n’était pas utilisé en français, ce qui en faisait le candidat idéal…

Les règles typographiques à appliquer avec le point médian

L’avantage d’utiliser le point médian inclusif, c’est que la règle typographique qui accompagne son usage est particulièrement simple : il est toujours collé aux lettres qu’il sépare.

Écriture inclusive avec un point médian : exemple
  • La satisfaction de nos client·e·s est notre priorité.
  • La satisfaction de nos client · e · s est notre priorité.
  • La satisfaction de nos client ·e· s est notre priorité.

Comment utiliser le point médian ?

Les utilisations du point médian les plus fréquentes

Techniquement, le point médian peut être utilisé avec chaque catégorie de mot susceptible de faire l’objet d’un accord. Cela comprend les adjectifs, les noms communs, la plupart des déterminants ainsi que certains pronoms.

Dans les faits, le point médian est plus susceptible d’apparaître sur certains mots que d’autres :

  • Le point médian dans les noms de métiers et les fonctions ;
Noms de métiers et de fonctions avec point médian : exemples
  • Agriculteur·trice
  • Auteur·ice
  • Délégué·e de classe
  • Le point médian dans les adjectifs qualificatifs ;
Adjectifs qualificatifs avec point médian : exemples
  • Énervé·e
  • Remis·e
  • Le point médian dans les déterminants ;
Déterminants avec point médian : exemples
  • Un·e
  • Ce·tte
  • Le point médian dans les pronoms.
Pronoms avec point médian : exemples
  • Quel·le
  • Le·la mien·ne
Vous avez aimé cet article ?
Laurine Tihay, BA

Laurine est titulaire d’une licence de lettres et sciences du langage. Formée à l’enseignement des langues et dotée d’une solide expérience en matière de correction éditoriale, elle est experte en grammaire et syntaxe.